SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

MÉTROPOLE DE LYON : 60 000€ EN PLUS POUR LES CENTRES DE PLANNING FAMILIAL

Lundi 5 Juillet - 11:00

Community Scoop


Les élus de la métropole en visite au CPEF de Saint-Priest - © Luc Herincx
La métropole de Lyon, qui finance les Centres de Planification et d'Education Familiale (CPEF) sur son territoire, doit voter ce lundi 5 juillet une enveloppe supplémentaire de 60 000€ pour les quatre établissements associatifs répartis sur le territoire.


La Commission Permanente du Grand Lyon va voter une augmentation de 5% du budget de fonctionnement des Centres de Planification et d'Education Familiale (CPEF) associatifs. Elle permettrait de répondre aux besoins des quatre centres de la métropole, qui, d'après des employés du CPEF de Saint-Priest, ont augmenté par la crise sanitaire et la solitude qu'elle a engendré.

"L'idée est d'apporter un soutien aux CPEF pour qu'ils puissent développer leurs actions collectives auprès des collégiens, des jeunes qui sont en structure de protection de l'enfance, et aux jeunes en situation de handicap qui peuvent être vulnérables sur ces questions", justifie Lucie Vacher, vice-présidente "Enfance, famille et jeunesse" de la métropole.

Le planning familial : un lieu d'écoute pluridisciplinaire


Les CPEF sont des lieux d'écoute, de conseil et de soin, en ce qui concerne la vie affective et sexuelle, la planification des naissances, ou encore le dépistage des infections sexuellement transmissibles. Ils interviennent notamment dans les collèges, pour sensibiliser les jeunes à ces problématiques. À titre d'exemple, en 2019, le CPEF de Saint-Priest a réalisé 284 séances dans des établissements scolaires pour sensibiliser environ 2700 élèves.

Léna, assistante sociale au CPEF de Saint-Priest depuis sept ans, traite les problématiques relationnelles de la puberté à l'âge adulte. Elle évoque le planning familial comme un lieu d'écoute bienveillant : "il faut oser pousser la porte du CPEF parce qu'ensuite c'est un lieu où on va être accueilli, on va pouvoir se poser et échanger de façon confidentielle. Ici on prend le temps, et on peut revoir les personnes qu'on accueille". Dans le but de recevoir tout le monde, ces centres sont pluridisciplinaires : le personnel comprend des conseillers conjugaux et familiaux, des psychologues, des assistants sociaux, des médecins, des sages-femmes, des infirmières et des secrétaires.

Le Président de la métropole en visite au CPEF de Saint-Priest


Le 24 juin dernier, Bruno Bernard, Président le métropole, et Lucie Vacher, vice-présidente, ont rendu visite aux employés du CPEF de Saint-Priest, l'un des quatre centres associatifs concernés par la hausse de budget, pour discuter et mieux comprendre leurs besoins. "C'est important de venir saluer les professionnels du CPEF certes, mais c'est surtout important de venir échanger avec eux et de se rendre compte de tout le travail qu'ils mènent pour leur apporter notre soutien", explique Lucie Vacher.

Pour Léna, c'était l'occasion d'évoquer ses conditions de travail avec des élus : "ça nous permet de se rencontrer, de s'accorder, et peut-être bénéficier de plus de moyens pour qu'on soit plus efficace sur le terrain", explique-t-elle.

D'après Claude, psychologue clinicienne au planning familial de Saint-Priest, ces moyens supplémentaires sont nécessaires pour répondre aux besoins actuels : "c'est important parce qu'on en a besoin, le public en a besoin, et on peut être assez vite limités dans nos actions. On avait déjà des besoins avant la crise sanitaire, mais elle les a majorés. L'impact a été très fort dès le premier confinement, et on en a encore aujourd'hui des effets car il y a des incertitudes, de la perte de sens, alors que chez les jeunes c'est un moment de construction", explique la psychologue. D'autre part, selon Claude, un renfort financier permettrait d'innover : "c'est important car il faut prendre en compte les évolutions sociétales pour les aborder autrement", analyse-t-elle.

Au total, le montant de la subvention de fonctionnement votée ce lundi est de 1 270 000€, soit 60 000€ en plus pour les CPEF associatifs de la métropole, dont 19 000€ pour le CPEF de Saint-Priest.