SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

PUY-DE-DÔME : UN JOB DATING SANITAIRE ET MÉDICO-SOCIAL POUR SÉDUIRE DE NOUVEAUX CANDIDATS

Lundi 5 Juillet - 05:00

Community Scoop


Plusieurs structures du Puy-de-Dôme, dont deux EHPAD et une clinique,ont organisé ce job-dating - © Tiphaine Coulon / Radio Scoop
Confrontés à des difficultés croissantes de recrutement, plusieurs EHPAD, agences d'intérim et sociétés de soins à domicile ont organisé un grand job dating, vendredi à Clermont-Ferrand pour recruter leurs futurs salariés. Le secteur sanitaire et médico-social avait déjà du mal à recruter, mais la crise sanitaire a encore amplifié le phénomène.


Pas de concurrence, mais les mêmes difficultés. Six structures du Puy-de-Dôme se sont associées pour organiser un job dating sanitaire et médico-social ce vendredi 2 juillet à Clermont-Ferrand. Les candidats potentiels pouvaient rencontrer des directeurs d'EHPAD, une agence d'intérim, une clinique ou des sociétés de soin à domicile. Déjà compliqué avant la crise sanitaire, trouver des candidats à recruter est devenu, dans le Puy-de-Dôme comme dans le reste dans la France, un véritable parcours du combattant.

Les remplaçants préfèrent l'intérim


Ces difficultés de recrutement, Nicolas Iglesias les constate tous les jours. Le directeur de la clinique des six lacs, à Chamalières, a vu une partie de ses équipes se reconvertir à la suite de la crise sanitaire. "Je n'arrive pas à recruter. J'ai des CDI temps plein et personne pour les reprendre", confie-t-il.

Il a bien fait passer des entretiens, mais la réponse est toujours la même. "Vous me proposez un planning avec un week-end sur deux, des horaires contraints et seulement cinq semaines de vacances. Je vais devoir vous demander l'autorisation de prendre mes vacances, à une période qui ne m'intéresse pas forcément...Donc je vais rester en intérim, j'y suis mieux", lui expliquent les remplaçants potentiels.



Une autre difficulté pourrait bientôt se dresser sur le route des recruteurs. Le gouvernement prépare en effet une loi pour rendre la vaccination obligatoire pour les soignants, malgré l'opposition d'une partie d'entre eux.

Améliorer les conditions de travail pour conserver les salariés


Dans le même temps, Nicolas Iglesias a aussi essayé d'améliorer les conditions de travail des soignants, pour conserver les salariés qui sont déjà en poste.

Les plannings ont donc été revus, pour proposer plus de jours de congés consécutifs et des horaires plus adaptés. Les salariés en temps partiel ne travaillent plus que le matin : les contrats précaires sont donc plus compatibles avec la vie de famille.

Comme le résume Nicolas Iglesias "on n'enlèvera pas les contraintes existantes, il faut donc essayer de les compenser".