SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

4L TROPHY: DEUX JEUNES LYCÉENS LYONNAIS SUR LES ROUTES

Mardi 19 Février - 12:30

Actu. locale


Huseyin et Anthony à côté de leur 4L - © Matéo Dufour - Radio Scoop
L'un d'entre eux est en Bac pro mécanique et a beaucoup travaillé sur la voiture en vue du 4L Trophy qui se déroulera du 21 février au 3 mars.


Un équipage de deux lycéens lyonnais se lance à l'assaut des dunes et des routes menant au Maroc. La course qui traverse trois pays est ouverte à des jeunes à partir de 18 ans ayant le permis de conduire.

Deux jeunes de 18 et 19 ans, Anthony Pelosse et Huseyin Yavuz, se lancent dans la course caritative qui part de Biarritz le 21 février pour arriver au Maroc le 3 mars. Chacun d'entre eux possède le permis. L'équipage rempli donc tous les critères.

Une particularité rare

En plus, le duo a une caractéristique qui peut être considéré comme un avantage: Huseyin est en terminale Bac Pro Mécanique au lycée professionnel François Cevert à Ecully. Il a réalisé de nombreuses réparations sur sa 4L, qu'il a donc appris à connaître. "J'ai fait tout l'entretien mécanique tous les mercredis après-midi, en dehors de mes temps de cours. On a changé les bougies, le filtre à huile, le filtre à essence" détaille-t-il.

C'est une particularité rare puisque très peu de participants suivent des études professionnelles. Mais pour Huseyin, l'essentiel n'est pas là : "je vais pouvoir aider les autres et donc installer une ambiance détendue et d'entraide".

Anthony, lui, est en BTS Aménagement Paysager au Lycée Horticole de Dardilly. Il sera le copilote.

"Etre capable de gérer sur place"

Huseyin s'est aussi préparé avec son professeur de mécanique en simulant des pannes pour qu'il soit capable de gérer d'éventuelles problèmes sur la voiture sur place et dès le début de la course le 21 février. "Je pense avoir les capacités pour effectuer les réparations pendant le trajet'", explique-t-il.