SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ALLIANCE COLLOMB - LR : LA CLASSE POLITIQUE S'INDIGNE, Y COMPRIS À LREM

Vendredi 29 Mai - 11:45

Actu. locale


Le maire de Lyon Gérard Collomb. - © Radio Scoop
Annoncé jeudi après-midi, le rapprochement entre les deux camps pour le second tour des élections a surpris. Bien évidemment chez les adversaires de l'actuel maire de Lyon mais aussi dans sa propre formation.


Venu du Parti Socialiste, Gérard Collomb a été un des premiers soutiens d'Emmanuel Macron dans la construction de son mouvement En Marche avant de devenir une des figures de proue du "nouveau monde" porté dès le début du quinquennat par le parti présidentiel.

Trois ans plus tard, son choix de se rapprocher du parti de droite n'en finit pas de faire des remous à un mois du second des municipales et métropolitaines.

Ses alliés à la mairie prennent leur distance


Sans surprise, cette alliance entre LREM et LR est vivement dénoncée par les adversaires de Gérard Collomb, qu'ils soient à la mairie ou à la Métropole. C'est le cas notamment du Parti Radical de Gauche, de Lyon en Commun et de Génération.s.

Mais leur position est partagée aussi par ses alliés à la mairie. Ainsi, le groupe Lyon Gauche Solidaires, dirigé par Thérèse Rabatel, adjointe au maire depuis des années, évoque "une alliance pathétique [...] un coup de poker désespéré et désespérant". "Si nous restons fiers du travail effectué, nous avons un sentiment de trahison" ajoute le mouvement.

Pour Georges Képénékian, ancien adjoint et aussi candidat aux municipales, "c'est un jour sombre pour notre vie politique locale" tandis que David Kimelfeld, président de la Métropole, dénonce "les petits arrangements entre ennemis négociés dans l'ombre par un Gérard Collomb paniqué par la perspective de la défaite".

L'incompréhension aussi au sein même du gouvernement


Ses anciens collègues n'ont pas manqué non plus de réagir au rapprochement avec Les Républicains.
Pour Christophe Castaner, son successeur à l'Intérieur, "Gérard Collomb se perd lui-même". Elizabeth Borne, ministre des Transports, Emmanuelle Wargon, secrétaire d'Etat à la Transition Ecologique, et Sybeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, ont également exprimé leur surprise et leur interrogation sur les agissements de celui dont la candidature avait pourtant été soutenue par LREM.

Un soutien qui risque bien de ne pas durer puisque Stanislas Guérini, délégué général d'En Marche, a annoncé jeudi que le parti allait bientôt se réunir pour décider de la désinvestiture de Yann Cucherat à Lyon.

►Elections 2020

Alliance Collomb - LR : LREM veut retirer l'investiture de Yann Cucherat à Lyon

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe, ce jeudi...


►Elections 2020

[ALERTE INFO] Lyon : Collomb s'allie avec la droite et renonce à la Métropole

L'actuel maire de Lyon a tenu ce jeudi une conférence...