SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

EDUCATION : LES SURVEILLANTS NE VEULENT PLUS ÊTRE BOUGÉS COMME DES PIONS

Mardi 1 Décembre - 15:30

Actu. locale


Les AED se sont mobilisés ce mardi 1er décembre - © Radio Scoop
Ce mardi 1er décembre est une journée « vie scolaire morte ». Les AED, les assistants d'éducation sont en grève. Plusieurs rassemblements ont lieu devant les inspections académiques en Auvergne-Rhône-Alpes.


Plusieurs AED, les assistants d'éducation, appelés également surveillants ou pions sont en grève ce mardi. Leurs revendications sont nombreuses, avec notamment une demande de moyens humains et financiers supplémentaires.

Un métier enfin reconnu ?


L'intersyndicale précise, "nous souhaitons l'augmentation des salaires ainsi que le versement des primes REP, REP+ aux AED exerçant dans les établissements des Réseaux d'éducation prioritaire. Ainsi que l'embauche massive de personnels de Vie Scolaire".

Surtout, les AED veulent une vraie reconnaissance de leur statut, qui permettrait notamment la titularisation de ceux qui le souhaitent. Parmi les personnes mobilisées ce mardi, Jacqueline, 40 ans, surveillante à Saint-Didier-en-Velay (Haute-Loire), "Actuellement, ce poste d'assistant d'éducation est associé à un job étudiant. C'est à dire que c'est un contrat d'un an renouvelable six fois et passé ce délai, on ne peut plus exercer notre métier", souffle t-elle.

"Sauf qu'aujourd'hui, la donne a changé, c'est devenu un vrai métier. Nos missions sont très particulières, ça va du petit bobo, aux chamailleries, à des problèmes bien plus complexes. On est la pierre angulaire entre les élèves, les familles, les professeurs et la direction. On n'est plus juste un pion, comme on pouvait nous appeler auparavant. Pour ma part, je connais le nom des 650 enfants, je peux aller vous chercher n'importe lequel dans l'établissement... Mais je suis dans ma dernière année donc je dois partir, c'est un crève-cœur", poursuit Jacqueline.

À Lyon, ils étaient 150 AED mobilisés. Une grosse centaine de surveillants se sont également rassemblés à Clermont-Ferrand et Saint-Étienne.