SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LES SOLDES D’HIVER NE SAUVERONT PAS LES COMMERÇANTS STÉPHANOIS

Mercredi 20 Février - 06:00

Actu. locale


Soldes 2019
Les soldes se sont terminés ce mardi 19 février. Et malheureusement, à Saint-Étienne, ils n'auront pas permis de renflouer la trésorerie des commerces impactés par la crise des gilets jaunes.


Le début du mouvement des gilets jaunes, mi-novembre, a grandement perturbé la fin de l'année 2018 pour les gérants d'enseignes. Le début de l'année 2019 et la traditionnelle période hivernale de rabais devait permettre à certains magasins de s'offrir une petite bouffée d'air.

Des ventes inférieures aux années précédentes

Mais six semaines plus tard, plusieurs commerces sont toujours asphyxiés. Durant les soldes, les ventes ont été entre 30 à 50% en dessous des objectifs. « La période des soldes n'a pas été salvatrice, loin de là », explique Tiffany Fayolle, la présidente de Sainté Shopping. « On espérait beaucoup après décembre, ça n'a pas été le cas ».

« Mais aujourd'hui, ce qui est le plus difficile à accepter, c'est qu'au delà des conditions sociales et politiques revendiquées dans ce mouvement, on fait face à de la casse. De la casse économique. Les clients nous disent, « ça va mieux maintenant, vous n'avez plus de vitrines cassées, moins de casses », mais si ! Et c'est même pire qu'avant. On est sur de la casse économique et certains ne s'en relèveront pas », détaille Tiffany Fayolle.

"Certains magasins en difficultés allaient bien mi-novembre"

L'association Sainté Shopping évoque entre 15 et 20 enseignes qui vont être obligés de mettre la clef sous la porte. « Certains commerces étaient déjà en mauvaise santé financière, on ne va pas se mentir. Pour eux, l'épisode « gilets jaunes » est le coup de grâce. Mais pour d'autre magasins, tout allait bien et la baisse de leur chiffre d'affaires est uniquement dû aux mouvements sociaux. Nous, maintenant, on veut travailler ».

Les commerçants comptent sur l'arrivée des nouvelles collections… et le soleil pour relancer leur activité. En attendant un petit coup de pouce financier de l'État, Saint-Shopping et une dizaine d'autres associations de commerçants en France ont présenté « un plan de relance » au gouvernement, pour tenter d'obtenir de l'aide. La réponse de Bercy ne devrait pas tarder.