SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LUTTE CONTRE LES FAKE NEWS, SERVICE DE PORTAGE : LES PHARMACIENS S'ADAPTENT

Samedi 21 Mars - 06:00

COVID-19


Une pharmacie à Lyon - © Gaël Berger
Alors que les officines ont été prises d'assaut en début de semaine, de nombreux pharmaciens ont trouvé une solution pour désengorger leurs établissements. Et combattent l'idée d'une pénurie éventuelle de médicaments.


De la fin de semaine dernière jusqu'à ce mardi, de nombreuses et longues files d'attente se constituaient devant les pharmacies. Parce que, comme pour les courses alimentaires, beaucoup d'habitants de la région craignaient une pénurie de médicaments.

Pas de pénurie à prévoir


Cette crainte est "totalement infondée", explique Didier Chedorge, pharmacien dans le quartier de la Guillotière, dans le 3e arrondissement de Lyon. Il l'assure : "globalement, la population est inquiète mais il n'y aura pas plus de problème dans les jours à venir que depuis un an. La situation reste la même et restera la même si chacun s'approvisionne au fur et à mesure et ne constitue pas de stock. Il faut garder la tête froide, vous serez servis, vous pourrez poursuivre votre traitement, il n'y a pas de raisons de s'inquiéter plus que ça".

Malgré tout, les réelles difficultés possibles pourraient concerner les médicaments qui ont une notion vitale : traitement de cardiologie, de diabète ou encore de maladie infectieuse.

Le portage à domicile


Pour désengorger les pharmacies, certains professionnels s'adaptent, en proposant par exemple une livraison à domicile par des porteurs à vélo. "Ça existe depuis des années chez nous mais le procédé s'intensifie depuis plusieurs jours. On l'a proposé à des patients fragiles, en priorité les greffés, les personnes âgées, les diabétiques ou encore les insuffisants rénaux pour éviter un déplacement dans une pharmacie qui peut être encombrée avec du monde", détaille le pharmacien lyonnais, qui change de masque et de gants trois par jour, comme tous ses employés.

Par ailleurs, pour soulager les médecins, déjà extrêmement sollicités, l'assurance-maladie donne l'autorisation de délivrer les traitements avec des ordonnances périmées, jusqu'à fin mai.