SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Bellegarde
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : DES NAVETTES ÉLECTRIQUES AUTONOMES POUR REJOINDRE LE PARC OL

Jeudi 8 Novembre - 16:45

Actu. locale


La navette Navly dans le quartier de la Confluence - © Navya / Ps.Aishuu
Le Sytral a annoncé ce jeudi 8 novembre que deux navettes électriques autonomes relieront le tram T3 au Parc OL et ses alentours à partir du printemps 2019.

Après la Confluence, place au Parc OL. En test depuis septembre 2016 sur les bords de Saône, les navettes électriques autonomes Navly, capables d'accueillir 15 personnes, vont voir leur nombre doubler, en passant de deux à quatre. En semaine, comme celles de la Confluence, deux navettes effectueront un trajet long de 1,2 km entre la station Décines Grand Large du tram T3 au Parc OL et ses alentours. "C'est un mode de transport complémentaire, qui a pour objectif d'accompagner la gestion du premier et du dernier kilomètre", assure Jérôme Rigaud, directeur général de Navya.

Lyon ville-pilote

C'est dans le cadre du projet AVENUE, qui veut faire de l'Europe "le leader mondial de la navette autonome" que cette deuxième expérimentation aura lieu à Lyon. La capitale des Gaules qui est d'ailleurs "ville-pilote" à l'instar de Genève, Luxembourg et Copenhague. Alors, pourquoi Lyon ? "La première navette mise en circulation au monde c'était à Lyon. On a eu le premier funiculaire en 1862, le premier métro automatique en 1991 et donc dans le cadre de cette innovation, on veut toujours être en amont", atteste Fouziya Bouzerda, la présidente du Sytral.



Pas de desserte les jours de match

Concrètement, les deux navettes seront en service "aux mêmes heures" que les deux de la Confluence. En semaine, "à l'amplitude horaire habituelle", soit de 10 heures à 19 heures. Mais pas les jours de matchs ! La présidente du Sytral indique que les navettes "apportent une autre réponse", puisque sur les jours de matchs il s'agit d'une "desserte événementielle". "Là, on est sur une autre temporalité, c'est à dire dans le cadre de la journée. Pour pouvoir desservir non pas seulement le stade lui-même mais tout l'éco-système autour, cliniques, hôtels et bureaux", justifie Fouziya Bouzerda.

La navette comme transport en commun de demain ? Il reste du chemin à en croire Jérôme Rigaud. "Pour pouvoir faire que ce soit une réalité dans le monde d'aujourd'hui, pour que vos auditeurs où qu'ils habitent puissent utiliser ce type de solution, ça nécessite des expérimentations", prône-t-il. "Savoir s'adapter à la demande des passagers, à la configuration urbaine, à l'évolution du trafic... Il faut être confronté à la réalité, quelque soit le cadre réglementaire, quelque soit l'environnement", argue le fournisseur de navettes. Bus, tram et métro ont encore de beaux jours devant eux.


@RadioScoopInfos