SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : LES ÉTUDIANTS EN MÉDECINE VEULENT UNE ENQUÊTE APRÈS LES PROPOS D'UN PROF

Vendredi 24 Mai - 14:13

Actu. locale


L'amphi du campus universitaire de médecine à Lyon-Sud. - © HCL
Une enquête publiée mercredi par Médiacités met en cause les propos tenus en cours de médecine par le professeur Gilles Freyer, cancérologue renommé et Vice-Doyen de la faculté de Lyon-Sud.


C'est face aux étudiants de première année de la fac de médecine de Lyon-Sud que le professeur Gilles Freyer "brocarde la lutte contre l'homophobie ou le racisme, tient des propos misogynes ou encore nie le scandale du Mediator", indique Médiacités dans son enquête. Plusieurs mois durant, le média d'investigation local a pu assister à des cours donnés à Lyon-Sud.

Le professeur, également Vice-Doyen de la fac, est aussi épinglé pour assumer ses liens d'intérêts avec l'industrie pharmaceutique. Gilles Freyer dénonce "la bien-pensance qui consiste à dire que les médecins sont sous influence idéologique et financière de l'industrie pharmaceutique. Or vous ne pouvez pas faire de recherches sur le médicament sans avoir de relations avec les industriels de médicaments".

Des propos "intolérables" pour les étudiants, une enquête demandée

Dans un communiqué, l'association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF) dénonce des "propos intolérables", "discriminatoires graves", qui n'ont "aucunement leur place ni au sein de l'enseignement supérieur, ni dans le domaine de la santé, ni nulle part ailleurs".

L'association réclame à l'Université Lyon 1 et au ministère de l'enseignement supérieur de "saisir les autorités compétentes pour mener les investigations nécessaires sur ces allégations". L'ANEMF précise que si ces allégations "sont avérées", elle "exigera la démission du poste de Vice-doyen du Pr Freyer et l'arrêt immédiat de toutes ses fonctions d'enseignement".