SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

LYON : UN COURS DE SLAM AVEC GRAND CORPS MALADE POUR DES COLLÉGIENS MIGRANTS

Mercredi 20 Février - 07:00

Actu. locale


Grand Corps Malade et MC Solaar prennent la pose avec les élèves. - © Hugo Frances
Au collège Joliot Curie de Bron, les deux artistes Grand Corps Malade et MC Solaar sont venus partager et animer un atelier de slam avec des jeunes migrants arrivés en France il y a quelques mois.


Il y a un an encore, ces 17 élèves, âgés de 12 à 16 ans ne parlaient pas le français. Réunis dans une classe spéciale, où ils apprennent la langue de Molière de façon intensive pendant une année, ils ont pu rencontrer dans le cadre de leur étude du slam deux grands noms de la scène francophone : Grand Corps Malade et MC Solaar.

Originaires de Mongolie, de Géorgie, de Côte d'Ivoire ou encore d'Italie, ils ont connu Grand Corps Malade à travers leur cours de poésie, et en particulier de slam. "Ce qui est génial avec cette rencontre, c'est qu'aucun d'entre eux ne connaissaient le slameur avant qu'on étudie ses textes", raconte Ines Abed, l'enseignante en charge de la classe. "Et du coup c'est très spontanée, ils n'ont pas peur de s'exprimer", continue-t-elle.



"Touchant de les voir écrire en français"

Pendant plus de deux heures, les élèves étaient invités à trouver des rimes à des mots choisis par le slameur, puis à rédiger un quatrain, dont le début était le même pour tout le monde. "Il y avait énormément d'idées, de second degré, d'humour. Il y a beaucoup de choses à apprendre d'eux", relate MC Solaar, impressionné par les jeunes.

Pour Grand Corps Malade, auteur d'un morceau sur le thème des migrants intitulé Au feu rouge, "c'est émouvant et touchant de les voir écrire en français dans une langue qu'ils découvrent, et en imaginant bien leur parcours compliqué et qu'ils sont entrain de se reconstruire ici".