SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas
Isère / Savoies
  • Grenoble
  • Chambery
  • Annecy

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

UN COLLÈGE-LYCÉE MONTESSORI VA OUVRIR SES PORTES DANS L’AIN

Mardi 16 Aout - 06:00

Actualité


Un panneau sortie d'école. - © Johan Paravy
Après celui de Haute-Savoie, ce sera seulement le deuxième établissement de ce genre dans la région. Ouverture prévue d'ici la fin 2022, avec un credo bien particulier.


Des collèges-lycées Montessori, il en existe moins d'une dizaine en France. D'ici quatre mois, un bâtiment à Chavannes-sur-Reyssouze, dans l'Ain, va ouvrir ses portes et accueillir une quinzaine de jeunes âgés de 12 à 16 ans.

Être autonome économiquement


Actuellement, certains d'entre eux sont déjà scolarisés à Villeurbanne, mais tous rejoindront, à l'hiver 2022, une ferme achetée et rénovée pour l'occasion, afin de poursuivre leur apprentissage. Le choix du site n'est pas dû au hasard, puisque le projet de ce collège-lycée Montessori s'intitule « Les enfants de la terre ».

"Ce projet est basé sur une organisation sociale qui est une vie de maison. Les jeunes sont responsables et les éducateurs Montessori ne sont là que pour les aider. Il est fondé également sur l'indépendance économique vis-à-vis des parents", explique Manuel Penin, l'enseignant responsable du projet. "Concrètement, les jeunes développent leur capacité à produire ce qu'ils consomment, cela passe par la terre, l'artisanat. Ils peuvent aussi vendre ce dont ils n'ont pas forcément besoin".

À l'opposé d'une méthode traditionnelle d'apprentissage


Cette façon de voir les choses permet d'apprendre autrement. "Cette culture, abstraite, voire académique, va prendre du sens. Par exemple, si on prend la composition et la vie du sol, on touche à la chimie, la botanique, qui sont des notions que l'on retrouve dans les programmes classiques. C'est une manière de travailler différente et c'est plus intéressant que la méthode, "chaise, table, stylo, mathématiques à 8 heures et français à 10 heures", à notre sens", conclut Manuel Penin.

Les élèves viendront d'un peu partout de la région, voire de Paris.