SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

UN MYSTÉRIEUX FOYER DE CAS D'ENCÉPHALITE À TIQUES DANS LA RÉGION

Vendredi 29 Mai - 08:38

Actu. locale


Chèvres - © Pixabay / JACLOU DL
Une vingtaine de personnes a développé d'inquiétants symptômes, ressemblant à la grippe, depuis le mois d'avril dans l'Ain.


En cette période d'épidémie de Covid-19, des tests ont été effectués pour 26 habitants du département, présentant donc des symptômes grippaux, certains de fortes migraines et parfois des vertiges. Très rapidement, les résultats s'avèrent négatifs mais le diagnostic d'encéphalite à tiques est confirmé pour 10 personnes, selon l'Agence Régionale de Santé qui a donné l'alerte ce jeudi soir avec la Préfecture de l'Ain. Le reste des patients étant également probablement contaminé.

L'enquête s'oriente alors vers la piste alimentaire. Au moins 50 % des personnes malades ont consommé des fromages provenant d'une ferme de Condamine, dans le Haut-Bugey. Cette exploitation vend ses produits sur place mais aussi sur les marchés de Nantua, Hauteville-Lompnes et Poncin, aux fromageries de Brénod et Aranc, ainsi qu'aux boutiques Vailloux, à Condamine, et Bugey volaille à Oyonnax . Un retrait-rappel est en cours.



Un décès sans lien direct avec la maladie


Contrairement à la maladie de Lyme (où le patient est directement piqué par une tique), l'encéphalite à tiques est transmise par un animal (en l'occurence une vache ou une chèvre) piqué par le petit animal. Une contamination qui reste cependant exceptionnelle.

Sur les 26 personnes touchées par ces mystérieux symptômes, 24 ont été hospitalisées au cours du mois de mai, 22 étant désormais sorties d'affaire. L'état de santé des deux autres patients n'inspirent plus d'inquiétude.

En revanche, un décès est à déplorer d'après l'ARS, sans qu'un lien direct n'ait pu être établi avec la maladie.