SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ENCEINTE, AMEL BENT SE LIVRE ET TÉMOIGNE SUR SA FAUSSE COUCHE

Lundi 25 Octobre - 16:00

People


Amel Bent - © Photo promotionnelle, album "Demain"
La chanteuse Amel Bent s'est confiée sur sa fausse couche et a annoncé sa troisième grossesse dans l'émission Sept à Huit, diffusée sur TF1.


Dimanche 24 octobre, Amel Bent était l'invitée de Sept à Huit. La chanteuse de 36 ans, qui vient de sortir un nouvel album, Vivante, a témoigné au micro de TF1 sur sa grossesse ainsi que la fausse couche qu'elle a subi quelques mois plus tôt.

Maman pour la troisième fois


Déjà maman de deux petites filles de 4 et 5 ans, Amel Bent a affiché sa grossesse et a confié avoir passé le premier trimestre de grossesse.

Mais c'est avec une certaine appréhension qu'elle a traversé ces trois premiers mois. La chanteuse a également révélé qu'elle a dû affronter une fausse couche quelques mois plus tôt, lorsqu'elle était en tournage pour The Voice, émission dont elle fait partie du jury depuis deux ans.



Elle raconte : « Il (le médecin) me dit effectivement que je suis en train de perdre le bébé que j'attendais. C'est un choc parce que, mine de rien, à partir du moment où on a fait un test de grossesse et qu'il s'avère être positif, on est enceinte. On le vit profondément dans son corps, dans son coeur. On le partage avec la personne avec qui on vit. On est déjà en train de s'imaginer un futur, ça va très très vite ! Quand on vous dit : "Vous êtes enceinte mais vous n'aurez pas d'enfant", c'est vraiment dévastateur »

Après son passage dans l'émission, elle a tenu à adresser un hommage sur Instagram, à toutes les femmes qui ont, elles aussi, subi une fausse couche : « Continuons de libérer la parole pour que ces tabous ne le soient plus. Ce sont des épreuves douloureuses que les codes de notre société nous obligent à passer sous silence. (...) Soyons fortes, soyons solidaires et n'ayons pas peur de faire bouger les choses pour nos générations futures ».