SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ASSE : LA SÉCURITÉ DU STADE GEOFFROY-GUICHARD VA ÊTRE RENFORCÉE

Jeudi 16 Janvier - 11:45

Football


Fumigènes et feu d'artifice lors du match ASSE-PSG, à Geoffroy-Guichard - © Twitter - @mat_asse
Des discussions sont en cours entre le club et la préfecture de la Loire pour régler "les faiblesses et les défaillances" constatées lors de la rencontre au PSG, le 15 décembre dernier.


Le dossier ASSE-PSG est loin d'être bouclé.

Alors que le club stéphanois a purgé son match à huis-clos total, dimanche dernier, face à Nantes (0-2), le deuxième de son histoire, on continue de s'agiter en coulisses à Saint-Étienne.

À commencer du côté de la préfecture de la Loire. Depuis ces incidents, plusieurs réunions ont eu lieu avec les dirigeants de l'ASSE pour trouver des solutions à ces "faiblesses", voire même ces "défaillances", des systèmes de surveillance, selon le préfet, Evence Richard.

Des réflexions sur les tourniquets et les palpations


"On peut améliorer la protection physique du stade, de façon à ce que les tourniquets ne soient pas enjambés sans difficulté", note-t-il en référence à l'intrusion forcée de spectateurs lors de cette rencontre.

"Il y a peut-être à revoir les modalités de fonctionnement des palpations à l'entrée du stade, ajoute-t-il. Tout cela nécessite une mise à plat qui va prendre un petit peu de temps".

En attendant, le préfet tient aussi à replacer les choses dans leur contexte. "On n'est pas plus focalisés sur les fumigènes que sur les tambours, les mégaphones ou les tifos. Je rappelle que les stades sont des enceintes sportives qui rassemblent un nombre très important de personnes, que notre pays est soumis à une menace terroriste et qu'il nous faut mettre en place des dispositifs qui nous garantissent contre cette menace", précise-t-il.

Avant d'ajouter : "Les fouilles sont là, certes, pour repérer des fumigènes. Mais au-delà de ça, ce qu'on cherche à s'assurer, c'est que personne n'est porteur d'une ceinture d'explosifs, d'armes à feu ou d'autres objets qui pourraient blesser ou tuer".

"Les risques pris étaient considérables"


En ce qui concerne les feux d'artifices, "certains ont trouvé le spectacle particulièrement attrayant. Les risques qui ont été pris ce jour-là étaient considérables parce qu'on ne manipule pas ce type d'artifices au milieu d'une foule dense, en plus sous une voûte sur laquelle rebondissaient les fusées. C'est un miracle que, ce jour-là, il n'y ait pas eu de blessés. Je vous renvoie sur l'usage des artifices au bilan du réveillon de la Saint-Sylvestre en Alsace". Leur usage avait fait un mort et une cinquantaine de blessés.

Pour rappel, l'ASSE avait écopé d'un match à huis-clos total qu'elle a purgé face à Nantes. Mais aussi d'un match à huis-clos total avec sursis, qui tomberait en cas de prochain incident dans le Chaudron. Une sanction plus "clémente" que redoutée, la commission de discipline de la LFP ayant notamment pris en considération les actions qui allaient être menées entre la préfecture et le club.