SÉLECTIONNEZ VOTRE VILLE

Rhône
  • Lyon
  • Vienne
  • Tarare
Loire / Haute-Loire
  • Saint-Étienne
  • Roanne
  • Le-Puy-en-Velay
  • Yssingeaux
Puy de Dôme / Allier
  • Clermont-Ferrand
  • Vichy
Ain / Saône-et-Loire
  • Bourg-en-Bresse
  • Mâcon
  • Valserhône
Ardèche
  • Aubenas

Cliquer pour télécharger
l'application Radio Scoop

ASSE : LE JOUR D'APRÈS...

Lundi 23 Septembre - 16:50

Football


un terrain d’entraînement à l'Étrat - © Radio Scoop
Au lendemain de la défaite à Angers (4-1), les Verts ont repris le chemin de l'entrainement. Une petite poignée de supporters était présent, plus pour les encourager que les vilipender.


Il y a des défaites qui laissent des traces. Celle d'hier à Angers en fait partie. En 45 minutes, les Stéphanois ont coulé. Au final, une défaite 4/1, une 17e place au classement, des doutes et un entraîneur déjà sur la sellette.

Une crise ? Quelle crise ?

Ce lundi matin, à 10h30, un lendemain de match, ils étaient nombreux à avoir chaussé les crampons pour participer à la séance collective. Une séance dirigée par Laurent Huard et Julien Sablé, pendant que Ghislain Printant était à une centaine de mètres de là, dans les bureaux administratifs à parler d'une question brûlante : l'avenir de l'ASSE. Et le sien, aussi...

Pourtant au premier coup d'œil, difficile de voir que la situation sportive du club est alarmante. Pas de banderoles, pas d'invectives de la part de la dizaine de supporters présents (moins nombreux que les journalistes venus en nombre). "Comme d'habitude, je viens voir un petit entrainement par semaine. Celui-ci n'est pas plus particulier qu'un autre. Une saison, ça se termine en mai, pas en septembre. Je ne suis pas inquiet", commente sobrement Benjamin.

Même son de cloche chez Romain, "c'était important de venir ce matin. Mais surtout pour leur montrer que l'on est avec eux, les encourager. Ce n'est pas le moment de pousser un coup de gueule. On est tous ensemble, il ne faut pas paniquer. C'est trop tôt pour regarder la position au classement". Jacqueline approuve, "je suis toujours là, quand on gagne, quand on perd, c'est ça être supporter. Je ne suis pas inquiète mais déçue qu'on en soit là avec les joueurs dont on dispose".

Gasset fait (évidemment) l'unanimité

Car mathématiquement, le début de saison de Saint-Étienne est très médiocre. Les Verts n'ont plus gagné depuis un mois et demi et restent sur 4 défaites et 2 nuls en 6 matchs. Un premier fusible pourrait (déjà) sauter. Comme souvent dans ces cas là, c'est l'entraîneur, Ghislain Printant qui est ciblé. Là encore, les fans sont réservés sur le sujet. "Changer de coach après 6 journées ? Je ne comprendrais pas", explique Benjamin.

Réponse similaire chez Jacqueline, "je ne comprends pas trop l'idée de changer d'entraîneur à cause d'un problème que je pense être interne. Il faut aussi responsabiliser les joueurs". Nicola prend lui la défense de l'actuel numéro 1, "je pense que Printant va partir et au final, il n'aura pas eu sa chance. Il n'a pas eu ce qu'il souhaitait au mercato. Est-ce que le problème vient de l'entraîneur ? des joueurs ? des dirigeants ? Je n'ai pas la réponse. Mais moi, pour l'heure, je soutiens Ghislain Printant".

Si l'ASSE nous assure que rien n'est acté concernant l'avenir de Ghislain Printant, il semble pourtant s'écrire en pointillé. L'Équipe avance même une piste séduisante ce matin, le retour de Jean-Louis Gasset. Un nom qui fait toujours l'unanimité dans le Forez, même chez ceux qui trouvent un changement de cap prématuré. "S'il fallait un successeur, Gasset, ce serait l'idéal", glisse Benjamin.

"Je ne sais pas si c'est la meilleure solution sur le long terme, ça veut dire qu'on repart à 0 en juin prochain. Mais s'il revient, je serai le plus heureux, car c'est notre sauveur", sourit Romain. "Moi je suis pour, c'est un peu le sorcier qui arrive à résoudre toutes les situations. Plus vite il arrivera, mieux ce sera", conclut Jean-Philippe.